LA SUMMER HOOPS CLASSIC REVIENT POUR UNE 6ÈME ÉDITION

24 07 2017

Après un an d’absence, la Summer Hoops Classic revient à Cergy pour une 6ème édition. L’occasion pour le public de voir gratuitement des matchs de joueurs amateurs et professionnels, évoluant de Nationale 2 à la Pro A, et pour les concernés de pratiquer avant la reprise du championnat.

Renommée la Summer Hoops Classic il y a deux ans, le championnat de basketball organisé à Cergy par la Worldwide Basketball Brothers, va accueillir trois matchs par jour entre le 24 et le 30 juillet, de 17h à 23h. Au total, 6 équipes s’affronteront sur le parquet du gymnase du 3ème Millénaire. Tout au long de l’événement, le public pourra assister à diverses animations : chanteurs, danseurs, Dj…, le tout dans une ambiance conviviale. Lahaou Konaté, joueur international A’ et de Pro A à Nanterre, est le parrain de cette saison.

Vous pouvez suivre le programme en temps réel sur les réseaux sociaux de la Summer Hoops Classic : Twitter, Facebook, Instagram, et Snapchat : shc-live. – Nadia B.

 

Jeunes des blocs vs BNB #SHC2017

A post shared by SHC (@summer_hoops_classic) on





COUPE DU MONDE DE BASKET 2014 : COUP DOUBLE POUR LES ÉTATS-UNIS, LA FRANCE EN BRONZE !

17 09 2014

Ce dimanche 14 septembre a vu se clôturer le championnat du monde de basket en Espagne. Si la victoire finale des États-Unis ne fait pas réellement l’effet d’une surprise, d’autres événements ont marqué cette compétition notamment pour la France.

À l’aube de la quinzaine espagnole, deux pays figurent logiquement comme des favoris naturels. Sans surprise, les États-Unis, éternel pays de basket, et tenant du titre, demeurent bien en tête de liste des pronostiqueurs. De plus, l’Espagne, à domicile, est en quête d’un second titre mondial après 2006. Pour la France, en début de compétition, il est difficile d’imaginer cette équipe aller au bout, avec une équipe rajeunie et en l’absence de plusieurs cadres, dont  celle de Tony Parker.

Dans cette compétition, les champions d’Europe y sont allés crescendo, avec un revers contre le Brésil en ouverture (63-65), et un autre contre l’Espagne qui, de fort belle manière, a lavé l’affront de la demi-finale de l’Euro 2013, lors du quatrième match (88-64). Ces deux défaites n’ont pas empêché les tricolores de passer le premier tour pour retrouver la Croatie en 8èmes de finale.

Face à des Croates difficiles à jouer, les Bleus ont su faire le job pour s’imposer 69-64. Une victoire synonyme de quart de finale contre… l’Espagne. Il n’en fallait pas plus pour motiver les Bleus à créer l’exploit. Face à un public hostile, les Français ont montré une solidarité à toute épreuve pour venir à bout d’une équipe qui les avait écrasé en phase de poule. Grâce au coach Vincent Collet, qui a fait parler tout son savoir-faire, les Bleus ont créé la sensation de la compétition en éliminant le pays hôte et le favori pour la victoire finale sur le score flatteur de 65 à 52. Une performance qui restera dans les annales du basket français.

Ce succès exceptionnel a fait pousser des ailes à Vincent Collet qui, au sortir de ce match déclare : « Mon rêve, c’est d’affronter les États-Unis en finale dimanche ». Une phrase pleine d’enthousiasme qui a fait tache, alors que l’équipe de France avait encore un obstacle à passer contre la Serbie en demi-finale. On pouvait donc craindre de la suffisance coté français après cela.

Mais c’est plutôt de la crispation que les Bleus ont ressentis en débutant le match. Battus dans tous les compartiments du jeu, les joueurs n’ont jamais su répondre aux problèmes posés par les Serbes. Menés de plus de 15 points à la mi-temps, les Français se sont finalement inclinés de cinq points (85-90).

Près de 18 heures pluts ard, ce sont des Bleus fatigués mais déterminés, qui ont arrachés au forceps la troisième place de ce mondial face à la Lituanie (65-63). Un succès historique qui leur a permis de monter sur la troisième marche du podium pour la 1ère fois de l’histoire.

Dimanche 14 septembre, les États-Unis ont battu de fort belle manière la Serbie (129-92) pour obtenir un cinquième titre mondial et réalisé un doublé historique, dans un match à sens unique, comme tous leurs matchs dans la compétition. Si l’équipe américaine avait des absents de marque pour débuter la compétition, elle disposait tout de même d’un groupe compétitif et bourré de talents en provenance de la NBA, comme James Harden ou Stephen Curry. La team USA n’a jamais donné l’impression de pouvoir être inquiété dans ce tournoi, gagnant tous ses matchs par des écarts considérables. Avec ce succès, les hommes de Mike Krzyzewski marchent sur les traces de leurs illustres prédécesseurs.

Côté Bleus, ce mondial a donc été une franche réussite avec à la clé un exploit contre le pays organisateur et une médaille de bronze historique. Une bonne base pour préparer l’Euro 2015 dont le pays hôte a été désigné pendant le mondial , et il s’agit de … la France. – J-L Blé

 

 





CHAMPIONNAT D’EUROPE D’ATHLÉTISME 2014 : LE BILAN

20 08 2014

Après une semaine et demie de compétitions intenses entre 16 nations, le championnat d’Europe d’athlétisme s’est clôturé ce dimanche à Zurich (Suisse), et côté français le bilan est excellent. 

Pour cette édition 2014, les Bleus représentaient une réelle chance de médaille, faisant partie des favoris avec les Allemands et les Britanniques et autant dire qu’ils n’ont pas déçu. Au total, 23 médailles (égalité avec les Britanniques) ont été glanées par les tricolores, dont 9 titres continentaux : un record.

Pourtant la compétition n’a pas commencé sous les meilleurs hospices pour certains Français. Annoncé comme le duel franco-français pour le sacre européen sur 100 mètres, l’affrontement entre Christophe Lemaitre et Jimmy Vicaud n’a pas eu lieu, ce dernier s’étant blessé en demi-finale. Il semblerait qu’il n’était pas en état de courir. C’est donc Christophe Lemaitre qui officiait, seul, dans les finales de 100 et 200 mètres. Le Français a obtenu l’argent sur les deux courses, une réelle déception pour lui : « J’étais venu pour l’or et rien d’autre, je suis passé à côté de mes championnats ».

 

Pascal Martinot Lagarde, favori pour le sacre européen sur 110 mètres haies, est lui aussi passé à côté de sa finale en obtenant le bronze après la disqualification de Dimitri Bascou. Une réelle désillusion pour le recordman de France (12,95).

 

Ces deux déceptions n’ont pas découragé le camp français qui a pu, à 9 reprises, voir ses athlètes monter sur la première marche du podium. Avec à la clé, quelques moments d’exception.

À commencer par Mahiedine Mekhissi qui a survolé la finale du 3000 mètres steeple, terminant loin devant Yoan Kowal, un autre Français. Seulement, à une cinquantaine de mètres de l’arrivée, le Français a profité de sa confortable avance pour célébrer son titre en retirant son maillot, acte interdit par le règlement. Cela lui a premièrement valu un avertissement par le corps arbitral, avant de se voir disqualifié quelques minutes plus tard à cause d’une requête des Espagnols dénonçant le comportement « antisportif » du champion. Le titre est donc revenu à Yoan Kowal qui a terminé second, un mal pour un bien pourrait-on dire.

Cet événement n’a en rien empêché Mahiedine Mekhissi de décrocher le lendemain un nouveau titre européen sur 1500 mètres. Une belle revanche pour celui qui était incontestablement au-dessus du lot dans sa discipline.

Au saut à la perche, Renaud Lavillenie est toujours seul dans son monde avec un saut à 5,80 mètres et un titre européen : le troisième consécutif. Toujours chez les sauteurs, on retiendra aussi les performances de Benjamin Compaoré au triple saut et d’Eloyse Lesueur au saut en longueur.

Yohann Diniz a quant à lui écrit son nom dans la légende de la marche à pied avec un troisième sacre européen consécutif et surtout un record du monde détrôné (3h32min33).
Christelle Daunay et Antoinette Nana Djimou ont également obtenu l’or au marathon et à l’heptathlon.

 

Mais le moment de grâce de ses championnats d’Europe a eu lieu le dimanche lors de la finale du 4×400 féminin où la France était représentée par le quatuor Marie Gayot, Muriel Hurtis, Agnès Raharolahy et Flora Guei. Malmenées pendant la majorité de la course, les Françaises ont remporté la médaille d’or grâce à l’exploit d’une Floria Guei surprise du résultat final à l’arrivée.

 

Cette incroyable performance est venue clôturer un championnat d’Europe exceptionnel pour l’athlétisme français.
À leur retour, les athlètes tricolores ont eu le droit à un bain de foule avant d’être reçus à l’Élysée par le Président François Hollande. – J-L Blé.