Hip Hop Symphonique 3 : Quand le hip hop français se met au classique

Wallen, Dosseh, Sofiane, Sniper et S.Pri Noir. Ces 5 noms de la scène hip hop française ont chanté en compagnie d’un orchestre philharmonique, mercredi 31 octobre, à l’occasion de la troisième édition de Hip Hop Symphonique. L’auditorium de Radio France a une nouvelle fois fait salle comble. Urban Act’ magazine a assisté à la générale.

Musique classique et hip hop ont longtemps fait bon ménage. IV my people de NTM, Le son qui met la pression de Lunatic, I Can de Nas, on pense par exemple à ces grands titres qui utilisent des samples classiques. Mais allier les deux musiques sur scène, c’est autre chose. C’est ce que propose Hip hop Symphonique depuis 2016. Un concert qui rassemble, une fois par an, l’orchestre philharmonique de Radio France, The Ice Kream – un groupe de musiciens de jazz et de gospel –, et cinq artistes du hip hop français. « Le concept est apparu avec la naissance de Mouv’ (station musicale de Radio France) qui est devenue une radio hip hop il y a quelques années. C’est une rencontre entre le nouveau directeur (de Mouv’) Bruno Laforestrie et moi-même, explique Issam Krimi, directeur artistique de Hip Hop Symphonique et fondateur du groupe The Ice Kream. Quand on a évoqué l’idée de faire un concert qui regroupe à la fois du classique, du jazz, du gospel, autour du rap, je n’ai pas pu refuser. C’était le seul projet qu’on me proposait qui était vraiment lié à ma vie personnelle .»

Il est 11h40 quand la générale de la troisième édition débute. Une sorte d’examen blanc, de dernière répétition en conditions réelles avant le concert, prévu le soir même. Perché entre l’orchestre et l’orgue, c’est à DJ R-Ash que revient le mérite d’ouvrir le bal. Il offre à la salle un mix mêlant musique classique, hip hop et scratchs.

Rendons à César ce qui est à César. L’interprétation qui suit nous rappelle bel et bien que nous sommes dans l’auditorium de Radio France. Les cordes de l’orchestre philharmonique exécutent La mort d’Aase, suite n°1 opus 46, extrait de Peer Gynt, d’Edvard Grieg, un sample utilisé par le rappeur Rocca en 1997 sur Entre deux mondes.

Place ensuite au hip hop, avec l’arrivée de S.Pri Noir. Durag sur la tête, perfecto en cuir, le rappeur parisien interprète Highlander et Skywalker.

S’en suit, Sofiane, qui nous offre deux morceaux rythmés : Lundi et Mon ptit loup. Dosseh est le suivant. Il chante À chaque jour, et Habitué : un titre mélancolique qui s’allie parfaitement avec l’orchestre. Même si le groupe Sniper est absent de la générale (à noter qu’ils ont interprété Gravé dans la roche lors du concert officiel), c’est Wallen qui clôture le show. Dans un silence presque religieux, la reine du r’n’b fait son entrée. Vêtue tout en noir, elle retient pourtant l’attention. Le silence en dit long. L’orchestre épouse la voix de la chanteuse qui n’a pas changé depuis une dizaine d’années. Mes rêves et L’Olivier sont repris en chœur par les fans. Certains en redemandent même : « Une autre, Wallen », s’écrie une jeune fille.

Le public hip hop « c’est le plus réactif »

Même si parmi les spectateurs on dénombre des fidèles de Radio France et de l’orchestre philharmonique, le public du hip hop se déplace de plus en plus en nombre. Un public « curieux », selon Issam Krimi, le directeur artistique, mais surtout démonstratif. « Je viens du jazz et j’ai pas mal fréquenté le milieu de la chanson. Le public hip hop est quand même le meilleur public de France dans les musiques actuelles. C’est le plus réactif quand on leur offre quelque chose sur scène, souligne-t-il. Tous les ans c’est très impressionnant. À chaque fois, j’en ressors un peu bouleversé. » Une spontanéité qui impacte d’ailleurs sur tout l’orchestre. « L’année dernière l’orchestre s’est lui-même levé pour jouer le dernier morceau, comme emporté par la foule. Ce qu’ils ne feront jamais dans leur répertoire symphonique », raconte Issam en riant.

Pas assez de places

6 minutes pour la première édition, 3 minutes pour la seconde, et 2 minutes pour la troisième. C’est le temps qu’il a fallu aux billets du concert pour s’écouler. Les places, gratuites, valent finalement chères. « La très grande frustration et qui grandit chaque année, c’est ces places qui partent trop vite, regrette Issam Krimi. Il faut qu’on ait une réflexion là dessus. » Avec ses 1500 places, la salle de l’auditorium ne deviendrait-elle pas trop petite ? Faut-il qu’il y ait plusieurs représentations ? Autant de questions que le directeur artistique de Hip Hop Symphonique se pose. Avec une demande grandissante, l’événement est voué à évoluer. Les choix artistiques sont également repensés. Ce qui au départ se voulait être une démarché patrimoniale avec la présence d’anciens artistes hip hop, se veut aujourd’hui une ouverture vers le rap actuel.

Davantage d’artistes contemporains

Alors que la première édition regroupait en majorité des artistes anciennement connus, des artistes qui ont pour certains marqué l’âge d’or du hip hop français, à l’instar de MC Solaar, IAM, Youssoupha, Ärsenik, ou encore Oxmo Puccino, la troisième édition accueille davantage d’artistes hip hop contemporains. « Il est rare qu’un orchestre aussi prestigieux que celui du philharmonique de Radio France joue des musiques autres que le répertoire symphonique. On a voulu dans une démarche qu’ils connaissaient peut-être plus, entrer dans quelque chose de patrimonial, explique Issam Krimi. Mais sur la première édition, j’avais déjà envie d’une ouverture sur le rap d’aujourd’hui, et on avait Big Flo et Oli. Plus les années passent, plus on est en train de se détacher de cette idée et de coller beaucoup plus au rap d’aujourd’hui. » Car le hip hop d’aujourd’hui, contrairement à ce que l’on peut penser, est plus symphonique que le hip hop d’avant, estime Issam : « La trap a apporté quelque chose de très important en musique, c’est le fait de la composer. On est parti du sample, qui disparaît peu à peu au profit d’une école d’écriture ». Alors à quand une édition avec Booba, Gradur, ou encore Kaaris? – Nadia B.

 

> Pour voir ou revoir Hip Hop Symphonique 3 :

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s