STREET ART : LA PISICNE MOLITOR OUVRE AU PUBLIC LES PORTES DE SES CABINES

Depuis le 21 mai, il est possible de visiter les cabines du bassin de Molitor entièrement décorées par des street artistes. Une visite originale et 100 % urbaine.

Graffiti, collage, pochoir, art abstrait, géométrique, ou encore figuratif, vous ne le savez peut-être pas, mais une majorité de techniques artistiques ont été utilisées pour décorer les cabines du bassin d’hiver de Molitor. Tout le monde peut désormais les visiter, et gratuitement. Un projet, – « un nouveau courant d’air », selon Sylvia Randazzo, directrice artistique de Molitor -, que la direction avait envie d’insuffler depuis la réouverture des lieux, en 2014. L’espace a en effet connu une période d’abandon entre 1989 et 2010, période durant laquelle des artistes ont squatté, et taggué. C’est pourquoi, on peut dire que « Molitor a un véritable ADN street art », souligne de son côté, Yael Haim, responsable communication de Molitor.

En se baladant de cabine en cabine, les couleurs fusent dans tous les sens. Les graffitis prennent une place importante. L’art de la rue s’est bel et bien (ré)intégré dans l’un des lieux les plus prestigieux de la capitale. D’autant plus quand on sait que se baigner pour une journée découverte au Molitor coûte entre 230 et 270 euros (même avec quelques privilèges).

Le bassin de Molitor recouvert de graffitis, au moment de son abandon.

Certains artistes, qui s’étaient à l’époque emparés du lieu abandonné, comme Jace (dessin au fond du bassin, cf. photo à droite), Katre, ou encore Team, ont même perpétué l’histoire en décorant une cabine.

Au total, c’est quelque 70 artistes d’art urbain (autant que les cabines) qui ont laissé libre cours à leur imagination. « Ils ont eu carte blanche », mais ils se sont pour la plupart inspirés des lieux et du milieu aquatique, avec une surreprésentation des couleurs bleu et jaune, précise Sylvia Randazzo.

Pour visiter les cabines, il suffit de réserver gratuitement ici. Deux façons de parcourir les lieux sont proposées : soit de manière libre, pour les plus avertis notamment. Vous pouvez alors scanner un QR code installé sur la porte de chaque cabine afin d’en savoir plus sur l’artiste et ses inspirations. Soit guidée, pendant au moins une heure, afin de connaître les détails du projet. Quoi qu’il en soit, si vous êtes amateurs de street art, vous ne serez pas déçus! – Nadia B.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s